Bianco : presse anarchiste

Liste des périodiques | Par année de 1re création | Plan du site | Tableau synoptique |

Brisons nos chaînes

édité par le RAT [Réseau pour l’abolition de la télévision]


Brisons nos chaînes
Éd. par le RAT [Réseau pour l’abolition de la télévision]. — Paris. — N° 1 (1991, hiver) —>

Collab. : Jean-Claude Bertheau

Adresse :
R.A.T. 145, rue Amelot 75011 Paris
(le R.A.T refuse aussi les mails)
http://ase.ouvaton.org/RAT.htm [disparu au plus tôt en 2008]
https://web.archive.org/web/20070323031443/http://ase.ouvaton.org/RAT.htm etc.

Au moins six brochures, dont Télévision : enjeux, rôles et pouvoir :

Ce fascicule est paru en mai 1991 lors de la crise du Golfe durant laquelle il a été pratiqué une désinformation flagrante, suite logique et grotesque du prétendu « charnier de Timisoara » en Roumanie. Il m’a alors semblé Indispensable de lancer le RAT afin de poursuivre et développer la réflexion sur le rôle de la télévision dans notre société. Interview de Jean-Claude Bertheau : https://web.archive.org/web/20070408232346/http://ase.ouvaton.org/RATbnc.htm (vers avril 2007)

Archives :

  • CDA-SHA : M.L.248 (sf 9 et après 16)

Remarques sur les fiches

Interview de Jean-Claude Bertheau
https://web.archive.org/web/20070408232346/http://ase.ouvaton.org/RATbnc.htm (vers avril 2007)

À propos de « Brisons nos chaînes »…

- Jean-Claude, quel est l’historique de « Brisons nos chaînes » ?

L’idée de lancer un mouvement anti-télévision m’est venue au cours de mes recherches pour la réalisation de la brochure Télévision : enjeux, rôles et pouvoir pendant lesquelles je me suis aperçu du vide quasi-total de réelles critiques radicales. Ce fascicule est paru en mai 1991 lors de la crise du Golfe durant laquelle il a été pratiqué une désinformation flagrante, suite logique et grotesque du prétendu « charnier de Timisoara » en Roumanie. Il m’a alors semblé Indispensable de lancer le R.A.T afin de poursuivre et développer la réflexion sur le rôle de la télévision dans notre société. Le premier numéro du bulletin « Brisons nos chaînes » est ainsi paru en janvier 1991, simple format A3 consacré aux préparatifs de guerre contre l’Etat irakien. Et depuis, son développement a suivi son cours. D’un bulletin de 8 pages, nous sommes actuellement à 24 pages. Parallèlement, nous publions des brochures et des dossiers de presse sur différents thèmes (par exemple : « La "Révolution" roumaine de 1989 », « Les enfants face à la télévision », « Les libertaires face à la télévision » « Les nouveaux chiens de garde « de S. Halimi etc. ). De plus, nous avons élargi nos thèmes de réflexion : presse écrite, publicité […] afin d’élargir notre champ de réflexion et d’action.

- Quels sont vos objectifs et vos actions ?

Notre objectif ? La remise en cause de l’omniprésence de la société de l’information qui oriente notre mode de vie, faire prendre conscience aux télespectateurs qu’il y a certainement mieux à faire que de passer son temps libre devant un téléviseur. Les gens en restent trop souvent à des critiques superficielles. Nous estimons que les médias sont, au même titre que les forces de l’ordre, là pour faire respecter un système, celui que nous subissons quotidiennement. Si bien que l’on peut affirmer, sans guère se tromper que la télévision en particulier et les médias en général, sans oublier le système publicitaire sont des piliers modernes de l’aliénation actuelle.

Nos actions ? Celles-ci sont malheureusement assez limitées : elles se résument à des tables de presse, comme notre présence lors du « Salon du Livre Anarchiste » en novembre 2003 à Saint-Ouen ou lors d’autres occasions. Notre principale action annuelle est l’organisation de la « Semaine sans télévision » qui aura lieu cette année du 3 au 9 mai 2004 en collaboration avec plusieurs associations (« Casseurs de Pub », « Enfance en danger », « Résistance à l’Agression Publicitaire », etc. ).

- Comment se fait-il que vous soyez peu connus ?

À notre avis, cela est dû à deux raisons principalement. D’une part, notre position particulière sur certains sujets : éviter de regarder la télé plutôt que de chercher à l’améliorer par exemple, radicalité par rapport à la société de consommation, c’est à dire anti-capitaliste. Nous souhaitons bouleverser les habitudes quotidiennes, garder un regard très critique par rapport à certains thèmes : télévision, publicité, médias en général. D’autre part, nous n’avons jamais cherché à nous faire connaître […] De toute manière, les contacts que nous avons eu avec la presse (nous avons toujours refusé d’apparaître à la télévision malgré les invitations), ne nous ont jamais apporté grand chose. Les journalistes nous contactent lorsqu’ils ont besoin de remplir leurs papiers sans jamais réellement s’intéresser à notre travail militant […] Tout cela ne nous empêche pas de poursuivre notre travail de publication., car cela nous semble nécessaire face à la désinformation ambiante.

- Quelle est l’ampleur de l’association ?

Il n’y a pas de membres en tant que tels, puisque nous n’avons jamais déclaré officiellement notre existence. Nous avons toujours eu d’autres priorités que ce s’occuper de ces affaires administratives. Bien qu’il va bien falloir s’en occuper un jour ou l’autre […] Nous éditons le bulletin à 100 à 150 exemplaires. En réalité, il est diffusé à environ une centaine d’exemplaires, ce qui n’est pas si mal pour un bulletin quasi-confidentiel. En somme, notre audience est très faible même si notre existence est connue dans certains milieux. Trop souvent les « non-télespectateurs » ont un comportement très individualiste du genre « Je n’ai pas la télé, donc cela ne me concerne pas... » Il arrive souvent qu’il y ait une adhésion formelle mais cela va rarement plus loin […] Alors que justement c’est bien aux non-télespectateurs de relayer les raisons du refus de la télévision et de dénoncer la désinformation, la publicité, etc. C’est bien dommage !

Un article de Francis Mizio (2 janvier 1996) : « Télévision ! Abolition ! : L’histoire d’un regard dissident sur la télévision et les médias, l’association Réseau pour l’Abolition de la Télévision »
http://www.davduf.net/television-abolition (vu en mai 2020)

Article de L’Humanité (avril 2001 : http://www.humanite.fr/journal/2001/2001-04/2001-04-27/2001-04-27-018.html

 Liens de localisation
CDA : http://sha-fa.cybertaria.org/?article33 (le site officiel en panne ou disparu, voir aussi au CHT)
CHT : https://cht-nantes.bibliossimo.net/pmb/opac_css/index.php?lvl=titre_uniforme_see&id=1330 (il peut s'agir du fonds du CDA)
CIRA Lausanne : http://www.cira.ch/catalogue/index.php?lvl=notice_display&id=201642

Parutions :

  • n° 1 (1991, hiver [janv.]), 8 p.
  • n° 2 (1991, printemps [juin ?])
  • n° 3 (1991, été)
  • n° 4 (1991, automne) [ca déc.]
  • n° 5 (1992, hiver)
  • n° 6 (1992, printemps)
  • n° 7 (1992, été)
  • n° 8 (199, automne)
  • n° 9 (1993, hiver)
  • n° 10 (1993, printemps)
  • n° 11 (1993, été)
  • n° 12 (1993, automne)
  • n° 13 (1993-1994, hiver)
  • n° 14 (1994, printemps-été)
  • n° 15 (1994, automne - 1995, hiver)
  • n° 16 (1995, printemps)
  • n° 17
  • n° 18
  • n° 19
  • n° 20
  • n° 21
  • n° 22
  • n° 23 (1997, mars ?) [ou 1996 ?]
  • n° 24
  • n° 25
  • n° 26
  • n° 27
  • n° 28
  • n° 29
  • n° 30
  • n° 31
  • n° 32
  • n° 33
  • n° 34
  • n° 35
  • n° 36
  • n° 37
  • n° 38
  • n° 39
  • n° 40
  • n° 41 (2002, été)


Autres 
  • Anarlivres : site bibliographique des ouvrages anarchistes ou sur l'anarchisme en français
  • Cgécaf : Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones