Bianco : presse anarchiste

Liste des périodiques | Par année de 1re création | Plan du site | Tableau synoptique |

Le Débredinoir

mensuel bourbonnais d’expression libre



Remarques sur les fiches

Le Débredinoir : mensuel bourbonnais d’expression libre. — Vichy ; Bellerive-sur-Allier. — N° 1 (1977, oct.)-n° 39 (1981, ?)
un précédente série débute en 1974.

Tirage : 300 ex. sur Vichy et Moulins
Impr. Dole (Moulins)
Impr. Gueriaud, 03120 Lapalisse

Adresse :
Articles et dessins à envoyer à : Silbino Fanjul, 0330 Bellenaves
Le Débredinoir ; 14, rue du potier, 03300 Cusset
Éditions Atelier populaire ; 40, rue Cavy, 03 Bellerive-sur-Allier

Dir. publ. : Jean-Claude Beurrier (1977), Jacqueline Mercier (1978), A. Mollon (1979-1980)

Collab. : J.-P. Baldit, E. Becker, Gilles Belin, Xavier Dole (ill.), Serge Pinchon, Henri Talpin, … et nombreux pseudonymes ou prénoms (G., Jeff, Jo et Gueu, Sylviane, Ulysse, Régis, Mesmin, Terorix, etc.)
Les poèmes parus sont généralement signés.

Un article de Régis Pluchet dans La Gueule ouverte n° 251 (7 mars 1979) présentait ce journal [1].

Parutions (1974- ?) :

Parutions (nouvelle série, 1977-1981) :

  • n° 1 (1977, oct.) — tirage de 1000 ex. ; en un mois : 800 vendus, 75 abonnés dont 50 anciens
  • n° 2 (1977, nov.)
  • n° 3
  • n° 4 (1978, janv.)
  • n° 5 (1978, févr.)
  • n° 6 (1978, mars)
  • n° 7 (1978, avr.)
  • n° 8
  • n° 9
  • n° 10
  • n° 11
  • n° 12
  • n° 13
  • n° 14
  • n° 15
  • n° 16
  • n° 17
  • n° 18
  • n° 19
  • n° 20
  • n° 21
  • n° 22
  • n° 23
  • n° 24 (1980, janv.)
  • n° 25 (1980, févr.)
  • n° 26
  • n° 27
  • n° 28
  • n° 29
  • n° 30
  • n° 31 (1980, oct.)
  • n° 32 (1980, nov.)
  • n° 33
  • n° 34
  • n° 35
  • n° 36 (1981, ?)
  • n° 37
  • n° 38
  • n° 39 (1981) ?

suivi par Débredinoir nouveau, ISSN 0759-8556, Bellerive-sur-Allier (Atelier populaire) :

  • n° 1 (1983, ?)
  • n° 2 (1983, été)
  • n° 3
  • n° 4
  • n° 5
  • n° 6
  • n° 7
  • n° 8
  • n° 9 (1984, avr.), numéro double

Notes

[1 Le Débredinoir 

Depuis un an et demi paraît dans le Bourbonnais, un mensuel de 16 pages, Le Débredinoir qui se veut une plateforme de rencontre et de débats, un courant d’air frais dans une région qui meurt doucement sous la houlette de notables.

Dans le Bourbonnais, on appelait « débredinoir », un trou qui, situé près des fonts baptismaux des églises avait la réputation lorsque les « bredins », c’est-à-dire les fous, y passaient leur tête de les guérir de leur maladie. Qui sont les fous aujourd’hui se demande le Débredinoir ? Animé par une équipe bénévole qui tourne autour d’un noyau d’une vingtaine de personnes, il veut réagir contre le conformisme dominant qui traine dans les têtes. Le journal reflète d’abord les activités des groupes dans lesquels sont engagés les membres de sa rédaction. Amnesty International, groupes écologiques, comités Larzac, mouvements de protection de la nature, associations culturelles, etc.
Dire que Le Débredinoir se situe, comme l’indique son sous-titre, dans la lignée des journaux de contre-information qui se sont créés un peu partout depuis dix ans, serait insuffisant : il veut aussi être un élément de culture populaire. Et sans réclamer une filiation, il n’oublie pas de rappeler de temps à autre ce qu’il doit à Émile Guillaumin, cet écrivain paysan du début du siècle, fondateur d’un des premiers syndicats de paysans (socialiste).

Si l’on feuillette quelques-uns des derniers numéros, on trouvera des nouvelles de ce qui se passe du nord au sud de l’Allier, avec des pointes à Clermont ou Nevers. Le journal publie les dossiers constitués par le Comité de Défense de la Montagne Bourbonnaise qui se bat contre l’ouverture de mines d’uranium et de fluorine. On trouve des informations sur les luttes sociales (licenciements à Saint-Pourçain-sur-Sioule, sur le racisme, sur l’armée, un débat sur la chasse, etc.

Le Débredinoir a essayé de rendre publique une affaire scandaleusement étouffée (et qui n’a pas intéressé la grande presse) : la grève de la faim de plusieurs handicapés du centre de rééducation professionnelle de Hérisson, au mois d’août dernier, réclamant la. modification d’un règlement intérieur archaïque et répressif.

Le Journal rend compte aussi de la lutte de l’AMAC, la plus importante association culturelle de Moulins, qui est à l’origine de nombreuses manifestations de culture populaire et que la. municipalité essaie d’étouffer par des opérations de prestige. À noter une lettre du secrétaire du PS à propos des articles publiés dans le bulletin municipal, par le maire RPR, vantant les bienfaits du nucléaire.

Enfin le numéro de février publiait un long compte-rendu de la « coordination Auvergne-Écologie » dont Le Débredinoir est un membre actif. Avec un tirage de 1 000 exemplaires, pas tous vendus, Le Débredinoir a encore besoin de soutien pour lui permettre de se développer. Gageons que la qualité du travail qu’il représente lui permettra, si son équipe s’étoffe, d’atteindre l’impact d’un Journal régional comme l’APL-Ouest à Nantes.

Régis Pluchet.
Le Débredinoir, abonnements : 10 numéros pour 30 F par chèque bancaire ou postal à : Silbino Fanjul. Le petit Gisay. 03140 Chantelle.



Autres 
  • Anarlivres : site bibliographique des ouvrages anarchistes ou sur l'anarchisme en français
  • Cgécaf : Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones