Bianco : presse anarchiste

Liste des périodiques | Par année de 1re création | Plan du site | Tableau synoptique |

La Liberté

organe communiste-anarchiste, paraissant tous les samedis



Remarques sur les fiches

Déclaration en « une » du premier numéro (23 octobre 1886) :

Notre titre

 
Il est à lui seul tout notre programme.
 
Que la bourgeoisie — à laquelle nous déclarons ici une guerre sans trêve et sans merci — ne se hâte pour-tant pas trop de sourire de la modestie apparente de nos revendications !
 
En réclamant la Liberté, nous ne réclamons rien moins que sa dépossession intégrale, que sa suppression en tant que classe privilégiée.
 
En réclamant la Liberté, nous ré-clamons la Justice pour tous : nous réclamons pour tout être humain le droit et le moyen de faire tout ce qui lui plaît, et de ne faire que ce qui lui plaît ; de satisfaire intégralement tous ses besoins, sans autre limite que les impossibilités naturelles etles besoins de ses voisins également respectables.
 

 
Comme condition primordiale de la Liberté, nous voulons l’Égalité.
 
Pas. de liberté sans égalité ! Pas de liberté dans une société où le capital est monopolisé entre les mains d’une minorité qui va se réduisant tous les jours.
 
« Nous croyons, nous, que le capital, patrimoine commun de l’humanité, puisqu’il est le fruit de la collaboration des générations passées et des générations contemporaines, doit être mis à la disposition de tous, de telle sorte que nul ne puisse en être exclu ; que personne, en revanche, ne puisse en accaparer une part au détriment du reste. »
 
Nous sommes ennemis de la propriété.
 

 
En réclamant la Liberté, nous nous déclarons également ennemis de l’Autorité.
 
Nous voulons apprendre au peuple à se passer de gouvernement comme il commence déjà à apprendre à se passer de Dieu.
 
Nous lui ferons comprendre qu’Autorité et Propriété, que Pouvoir et Privilège, sont les deux faces d’un même édifice, et qu’un gouvernement n’est nécessaire que pour maintenir l’inégalité sociale.
 
Nous lui ferons comprendre que tous les antagonismes que le gouvernement est appelé à réfréner sont les produits de l’Individualisme, et dis-paraîtront avec lui. Plus de gouvernement ! Nous voulons la liberté absolue de l’individu
 

 
« La substitution, en un mot, dans les rapports humains, du libre contrat, perpétuellement révisable et résoluble, à la tutelle administrative et légale, à la discipline imposée, tel est notre idéal. »
 
Dégagés de ce respect idiot (le la hiérarchie, de cet abaissement servile du « fidèle » devant son « dieu » qui fait de l’humanité une série d’automates entre les mains de quelques pontifes, nous voulons nous débarrasser également de toute obéissance, de toute dépendance vis-à-vis de qui que ce soit : Nous ne voulons pas plus de maîtres qui exploitent nos bras que de dieux qui régentent nos cerveaux. Débarrassés de toute « foi », nous voulons nous débarrasser de toute « loi » ; et cette stupide et dégradante formule , expression jusqu’ici de toutes les relations sociales : « Le Maître l’a dit » , nous la remplaçons par cette fière devise, qui seule s’accorde avec la dignité humaine : « Ni Dieu, ni Maître ».
 
Plus de maîtres qui commandent ! Et plus d’esclaves qui obéissent !
 
Plus de dieux : Des hommes en pleine possession d’eux-mêmes, des êtres conscients et libres ! Et cet affranchissement de l’humanité , qui est notre but final, ce n’est qu’en nous attaquant à ce monstrueux organe de l’oppression —l’État, que nous pouvons l’atteindre.
 
Asservissement d’une classe à l’antre ; asservissement d’un sexe à l’autre ; — asservissement d’un âge à l’autre, — tout cela ne peut disparaître que par la chute de cette citadelle du Privilège ; et c’est unis dans un même cri que nous marchons à la conquête de nos droits : À bas l’État.
 

 
À tel but, tel moyen. Notre but exposé, le moyen s’indique de lui-même : Nous sommes révolutionnaires.
 
Nous sommes révolutionnaires, parce que la foi sans les œuvres est une foi morte, parce que l’histoire nous enseigne que les réformes ne se font point toutes seules, parce qu’il est contradictoire que les privilégiés se dessaisissent volontairement de leurs privilèges.
 
Dans le duel social d’une classe contre une autre classe, la force seule a compétence. Les soi-disant évolutionnistes auraient beau faire, sept fois et davantage, le tour de la citadelle de l’exploitation, en sonnant à pleins poumons de la trompette socialiste, — moins complaisantes que celles de Jéricho, ses murailles ne tomberont pas d’elles-mêmes.
 
Aussi croyons-nous faire une besogne plus utile et plus sûre en commençant tout de suite à ouvrir la brèche et à organiser les colonnes d’assaut !
 
La rédaction.
 Liens de localisation
IFHS : http://anarlivres.free.fr/periodiques/catalogue.pdf

Parutions :

  • n° 1 (1886, 23 oct.)
  • n° 2 (1886, 30 oct.)
  • n° 3 (1886, 6 nov.)
  • n° 4 (1886, 13 nov.)
  • n° 5 (1886, 27 nov.)
  • n° 6 (1886, 11 déc.)
  • n° 7 (1886, 25 déc.)
  • n° 8 (1887, 8 janv.)
  • n° 9 (1887, 22 janv.)
  • n° 10 (1887, 5 févr.)
  • n° 11 (1887, 19 févr.)
  • n° 12 (1887, 5 mars)
  • n° 13 (1887, 20 mars)
  • n° 14 (1887, 3 avr.)
  • n° 15 (1887, 17 avr.)
  • n° 16 (1887, 1er mai)
  • n° 17 (1887, 15 mai)
  • n° 18 (1887, 29 mai)


Autres 
  • Anarlivres : site bibliographique des ouvrages anarchistes ou sur l'anarchisme en français
  • Cgécaf : Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones