Bianco : presse anarchiste

Liste des périodiques | Par année de 1re création | Plan du site | Tableau synoptique |

L’Escarmouche

 


L’Escarmouche : hebdomadaire par Georges Darien, deuxième année, n° 3 (16 mars 1894)
Dernier numéro paru.

Remarques sur les fiches

Ill. de couv. par Hermann-Paul et H. G. Ibels qui illustrent aussi l’intérieur.
Autres illustrateurs : Toulouse-Lautrec, Pierre Bonnard, Vallotton, Anquetin, Willette, …

Les illustrations parues (au moins dans le 1er numéro) sont tirées en lithographies à 100 exemplaires signés et numérotés.

Impr. Gérant : G. Darien (3, place des Victoires, Paris, pour le dernier numéro), Gaston Roussel (15, rue Baudin, Paris).

Administrateur :
15, rue Baudin, Paris (rédaction et administration)
17, rue Saint-Joseph, Paris (dernier numéro)

Collab. (articles souvent non signés) : G. Bonpied (pseud.), D. Cocherie, Georges Darien, C. Dupuy, André Ibels, l’Interviewer, Morel, Puymottet, R. Pileuse, …

Présentation dans le premier numéro :

L’Escarmouche

L’Escarmouche, c’est l’engagement qui précède la bataille, qui détermine l’action sérieuse ; c’est le contact pris avec l’ennemi, l’épreuve de l’adversaire avant la lutte.
Titre oblige. Ce journal, donc, sera l’organe des combattants d’avant-garde, des tirailleurs dont le coup de feu, insouciant du mot d’ordre, décide le canon à faire tonner sa grosse voix — des francs-tireurs des opinions libres…

N’en croyez rien.

Un titre n’oblige pas. Un titre, ça n’a rien de noble. On en prend un parce qu’il en faut un, et voilà tout. On ouvre un dictionnaire au hasard, on choisit un mot au petit bonheur. Ça ne tire pas à conséquence.

D’abord, une escarmouche, à propos de quoi ? Contre qui ? Une bataille ? Pourquoi faire ?
Partir en guerre sans avoir, devant soi, même des moulins à vent !

Ce n’est pas sérieux.

La Paix ! La paix !

Nous n’hésitons pas à l’avouer : nous mentons à notre titre.

[…]

Un dernier mot.

Aujourd’hui, l’on n’agit plus : on fonctionne.

Si L’Escarmouche devait être un journal d’action, elle ne pourrait être que le porte-voix d’une minorité infime — à moins de devenir l’organe des majorités qui s’ignorent.

Parutions :

  • année 1, n° 1 (1893, 12 nov.)
  • année 1, n° 2 (1893, 19 nov.)
  • année 1, n° 3 (1893, 26 nov.)
  • année 1, n° 4 (1893, 3 déc.)
  • année 1, n° 5 (1893, 10 déc.)
  • année 1, n° 6 (1893, 17 déc.)
  • année 1, n° 7 (1893, 24 déc.)
  • année 1, n° 8 (1893, 31 déc.)
  • année 2, n° 1 (1894, 7 janv.)
  • année 2, n° 2 (1894, 14 janv.)
  • année 2, n° 3 (1894, 16 mars)


Autres 
  • Anarlivres : site bibliographique des ouvrages anarchistes ou sur l'anarchisme en français
  • Cgécaf : Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones